Entdecken Sie alle Fachartikel im Bereich Psychiatrie

Rahul Gupta, et al.
Publiziert am 02.10.2020
Rahul Gupta
+4

Menschen deren Geschlechtsidentität, also das innere Wissen darüber welchem Geschlecht sie angehören, nicht mit dem ihnen bei der Geburt zugewiesenen Geschlecht übereinstimmt, bezeichnet man als trans. Sie benötigen spezialisierte Behandlungsangebote, aber transnegative und transphobe Strukturen erschweren ihren Zugang zu solchen. Darum wurde eine Leitlinie entwickelt, deren Ziel es ist diese Strukturen so gut wie möglich zu eliminieren und ihnen so die bestmögliche Behandlung anzubieten.

Braulio Mora, et al.
Publiziert am 17.06.2019
Braulio Mora
+7

L’Organisation mondiale de la santé a inclus l’évaluation de la satisfaction des patients dans la définition de l’évaluation de la qualité des soins. Depuis 2011, l'association nationale suisse pour le développement de la qualité dans les hôpitaux et les cliniques (ANQ) réalise des enquêtes nationales qui évaluent chaque année la satisfaction des patients hospitalisés en Suisse.

Nous avons mené une enquête de satisfaction auprès de tous les patients suivis dans un centre de santé mentale ambulatoire de Genève.

Sur 498 patients suivis à la consultation, 266 (54,40%) ont répondu au questionnaire de satisfaction (EQS-C ©). En moyenne, les participants sont satisfaits de leur prise en charge au centre à un taux de 4.48/5. Les patients sont plus satisfaits sur le groupe d’items de prise de rendez-vous et de contact avec les prestataires de soins de santé (Items groupe A, M =4.43; ET=.61): disponibilité, amabilité, délai pour obtenir un rendez-vous et réactivité en cas d’urgence. Les taux de satisfaction les plus bas concernent les items du cadre d’accueil avant la consultation (groupe B). De plus, certains items de ce groupe ont une moyenne significativement plus basse que la moyenne générale du groupe B (M=3.98; ET=.69): la salle d’attente (p<0.001), le temps d’attente (p=0.001), l’information concernant le temps d’attente à prévoir (p<0.001) et la durée du temps d’attente (p=.03). Une analyse de régression linéaire a montré que l’âge (p=.005) et la satisfaction globale de la prise en charge (p<.001) sont associés à une meilleure satisfaction du temps d’attente. En effet, ceux qui sont le moins satisfaits du temps d’attente sont les patients les plus jeunes.

En conclusion, recueillir l'avis du patient sur les soins dispensés permet une optimisation des soins. Des enquêtes plus généralisées et régulières avec des mesures correctrices des sujets d’insatisfaction permettront aussi d’évaluer la variabilité de satisfaction selon les périodes d’enquête.

Gabrielle Zosso, et al.
Publiziert am 15.02.2019
Gabrielle Zosso
+1

Les patients suivis en psychiatrie ont une espérance de vie fortement diminuée de par la maladie psychiatrique elle-même, la mauvaise hygiène de vie et par les complications en lien avec les effets secondaires métaboliques de certains traitements psychotropes. A travers les connaissances actuelles sur l’effet de la pratique sportive sur la santé physique, nous considérons que celle-ci est indispensable en psychiatrie pour améliorer la condition physique des patients et pour atténuer les complications métaboliques. De plus, des études réalisées sur des patients souffrant de troubles psychiques ont montré des effets positifs induits par la pratique d’activité physique régulière sur les symptômes de la dépression, de l’anxiété et de la schizophrénie. La mise en place d’un programme d’activités physiques adaptées de 4 à 24 semaines dans les soins en psychiatrie permet d’améliorer l’état physique et psychique, en comparaison à un groupe contrôle, des patients par la pratique de yoga, d’exercices aérobies ou de renforcement musculaire. En effet, on observe une amélioration de la VO2max de 2.2ml/min/kg, ce qui représente une amélioration 90,5% plus grande que dans les groupes contrôles, une diminution de l’indice de masse corporelle (IMC) et une diminution des symptômes psychotiques et du score de la PANSS. Cependant, la comparaison de ces différentes études ne permet pas de déterminer les conditions minimales requises pour obtenir des résultats significatifs. Ces résultats suggèrent d’effectuer de nouvelles recherches longitudinales avec des programmes d’activités physiques adaptées sur le moyen et long terme dans ce domaine.

MOTS-CLEFS : Activité physique adaptée, psychiatrie, psychose, programme de soin, amélioration psychique, amélioration physique