Les odeurs influencent le développement du cerveau
La première semaine après la naissance est décisive pour le développement des organes sensoriels des souris, comme le montrent des chercheurs de l’Université de Zurich (UZH). La maturation de l’odorat et du toucher serait liée et se déroulerait dans une fenêtre de développement étroite. Ces résultats pourraient également être pertinents pour le développement du cerveau humain, selon un communiqué de l’UZH.
L’équipe de recherche du professeur Theofanis Karayannis, co-directeur de l’Institut de recherche sur le cerveau de l’UZH, a pu montrer que la stimulation olfactive précoce influence la maturation du sens du toucher chez la souris. Les animaux privés de stimulation olfactive au cours de leur première semaine de vie ont ensuite obtenu de moins bons résultats à une tâche tactile que les animaux exposés aux odeurs. «Un odorat insuffisant ou absent pendant la première semaine après la naissance a également un impact sur le traitement du toucher plus tard dans la vie», explique Karayannis.
Des déficits de l’odorat pourraient également affecter le développement sensoriel et cognitif chez l’homme, selon les chercheurs de l’UZH. La prise en compte des stimuli olfactifs, notamment chez les prématurés en soins intensifs, pourrait donc avoir des effets positifs à long terme sur le développement.

© Sebastian Czapnik | Dreamstime<br />

Commentaires

Avec la fonction commentaires, nous proposons un espace pour un échange professionnel ouvert et critique. Celui-ci est ouvert à tous les abonné-e-s SHW Beta. Nous publions les commentaires tant qu’ils respectent nos lignes directrices.